Histoire Familiale de Ron Aldea
Don Manuel Quevedo Aleman (1872-1968), un homme en avance sur son temps disait-on, fonde en 1936, la distillerie Ron Aldea dans la municipalité d’Aldea de l’ile de Gran Canaria dans le village de San Nicolas Tolentino. Né à Arucas de Gran Canaria, il émigre très jeune à Cuba, puis en 1888 il se rend à Saint-Domingue où à ces deux endroits, il fît ses premiers pas dans l’industrie sucrière.

Après son retour des Antilles, au début du XXe siècle, il travailla dans l’ombre de son père et de son oncle José Aleman, propriétaire de l’usine de sucre Bañaderos, pour ensuite prendre la direction d’une importante usine dans la ville de Guia (Gran Canaria) acquise en 1909 par un homme d’affaires anglais, Monsieur Leacock. De ses 37 ans, Quevedo était reconnu pour ses qualités de maître rhumier et sucrier.

Cette usine, sous la direction de Quevedo, fonctionna à pleine capacité pendant quatre ans, mais en raison des aléas de la Première Guerre mondiale, en 1916 la production devint presque nulle, entrainant ainsi la fermeture et la vente de l’usine en 1919 au financier portugais Enrique Dasilva Figueroa. Ce dernier emporta avec lui les principaux actifs de l’usine ainsi que Quevedo à l’île portugaise de Madère. Il faut dire que cette époque coïncidait avec la fin du second cycle de vie de la culture de la canne à sucre aux Iles Canaries, où déjà observait on la fermeture des principales usines sucrières.

Quevedo et sa famille y demeurèrent pendant une quinzaine d’années, de 1919 à 1934, et fut le directeur de l’usine de sucre à Sao Felipe (Funchal), propriété industrielle de M. Dasilva Figueroa.  Là, il continua d’accumuler et murir son expérience dans la distillation de spiritueux.

En 1934, après l’effondrement économique de M. Dasilva Figueroa, Manuel Quevedo dût retourner aux Iles Canaries avec sa famille. Á ce moment, fort de son expérience, il se pencha sur le développement d’un projet qui lui sera cher: la naissance de sa distillerie de Ron Aldea, qui ouvrit ses portes en 1936. Au grand bénéfice de son projet, cette époque allait coïncider avec la naissance d’un nouveau cycle de vie de la culture de la canne à sucre aux Iles Canaries.  

Don Manuel va vite se distinguer de la concurrence internationale par la mise en œuvre d’une méthode peu courante dans l’élaboration des distillats. Cette méthode avait pour principe La Distillation Directe du Jus de Canne à Sucre. En règle générale, la production de l’eau-de-vie dans les principales régions sucrières et ce jusqu’à nos jours, s’effectue par la distillation de la mélasse de sucre résiduel afin d’exploiter au maximum cette matière première. L’idée de Don Manuel Quevedo, était de distiller le jus de la canne à sucre ou le « Guarapo », fraichement moulu, afin d’obtenir un rhum conservant fidèlement la saveur et les arômes purs de la canne à sucre.

La petite usine de Ron Aldea vit progressivement sa production augmentée au fur et à mesure que de nombreux agriculteurs reconvertirent leurs champs dans la culture de la canne à sucre, culture qui se présenta comme une alternative à la crise des exportations qui affecta le domaine agricole, plus spécialement la culture de la tomate. Á la fin des années 40 et au début des années 50, l’usine parvenait à produire la quantité de 200.000 litres en une seule récolte.

Entre 1954 et 1956, Don Manuel Quevedo transféra ses installations à la société agricole Rodriguez Quintana, qui a entrepris un profond remodelage de l’usine en érigeant un nouvel édifice et en installant de nouveaux alambiques, fûts et cuves de stockage, tout en maintenant à Manuel Quevedo comme directeur technique. Cette nouvelle société commercialisera leurs produits sous la marque de Ron del Charco.

Il s’ensuivi au cours des années ultérieures un contexte défavorable pour la production de la canne à sucre qui soufra un nouveau déclin au bénéfice de la culture de la tomate. La société agricole Rodriguez Quintana se vit obliger à importer leur canne à sucre et en 1960 la distillerie dû fermer définitivement ses portes.

Ron Aldea a La Palma

Lorsque les installations de Ron Aldea furent transférées à la société agricole Rodriguez Quintana, Don Carmelo Quevedo, fils de Don Manuel Quevedo déménagea à l’Île de La Palma afin d’y porter le flambeau de la marque Ron Aldea. Quelques années plus tard, en 1969, José Manuel Quevedo, fils de Carmelo, allait rejoindre son père pour écrire une nouvelle page d’histoire de l’héritage du père fondateur. Aujourd’hui José Manuel Quevedo et sa sœur Maria Jésus Quevedo, poursuivent fièrement la tradition familiale et maintiennent vivant l’esprit de l’élaboration artisanale des premiers maîtres rhumiers.

C’est Don Manuel Quevedo Alemán qui a introduit dans l’industrie du rhum canarien une nouvelle méthode de fabrication d’aguardiente:

Plan de la distillation directe encore

Toujours alambic de distillation, fabrication française de marque Egrott, installée dans la distillerie de Ron Aldea à la Palma.